Maternage,  Motricité Libre

Favoriser l’autonomie dès 1 an

La majorité des parents souhaiteraient que leurs enfants soient autonomes autour de 6-7 ans. Certains pourraient désirer cette autonomie encore plus tôt. Ce qui est sur c’est que nous espérons tous que nos enfants de 7 ans aient acquis une certaine indépendance.

Cependant, avons nous conscience que cela se construit et se développe (ou pas) en même temps que l’enfant?

L’autonomie se construit et amène à la confiance en soi.

Les étapes vers l’autonomie

Dès le plus jeune âge (à partir de 6 mois environs), les enfants sont avides d’autonomie. Ils cherchent à faire seul, à découvrir, goûter, tester les nouvelles choses de leur environnement.
Nous pouvons tenter de nous mettre dans une position d’ouverture afin de laisser un maximum l’opportunité aux enfants de traverser cette phase d’envie, de découverte et d’apprentissage le plus librement possible. Ceci leur permettra d’assouvir leur curiosité, de braver leur peurs, renforcer leur confiance et ainsi l’autonomie.

Un environnement riche

Essayer d’intégrer de notre mieux dans l’environnement de l’enfant de la diversité, activités, promenades, tâches quotidiennes dans lesquelles il peut participer etc…
Ces petites choses vont amener de la curiosité, c’est une qualité très intéressante.

Limiter autant que possible les interdits

Les bébés sont tellement mignons n’est ce pas? Certains font leur nuit de suite, d’autres ne pleurent que quand ils ont faim ou sommeil, d’autres encore sont tellement adorables et faciles.

Eh oui c’est vrai!!

  • Oui ‘MAIS’ un bébé ça grandit pour devenir un enfant. Et par nature, un enfant est curieux, il possède un ensemble de besoins et d’envies listées plus haut. De ce fait nous sommes très rapidement amenés à prononcer le mot courant ‘NON’. Dès que l’enfant commence à se déplacer, à rentrer dans un processus de découverte les interdits pleuvent dans tous les sens, sans compter les NON à longueur de journée.
  • Des études scientifiques ont mis en évidence (faites des recherches sur internet cela se trouve facilement) le fait que les enfants disposent de neurones miroirs qui leur permettent d’apprendre en reproduisant ce qu’ils vivent au quotidien dans leur environnement.
  • Alors comment vous dire que lorsqu’un enfant entend à longueur de journée NON dès ses 11 mois dès qu’il pourra le ressortir il le fera. La fameuse période du NON ne vient pas de nulle part.
  • Entraver le processus de découverte et donc d’apprentissage des enfants n’est pas une aide qu’on leur apporte. Cela nous rassure (les adultes) mais ne rend pas nécessairement service aux enfants.
  • Il est intéressant pour un enfant de pouvoir évoluer dans un environnement sécurisé, dans lequel il pourra exprimer autant que possible ses envies de découvertes. Sans qu’on lui en empêche pas peur qu’il se fasse mal, par peur qu’il casse un vase, mette les mains dans les prises etc…

La motricité libre

C’est un merveilleux moyen de développer l’autonomie et la confiance en soit d’un enfant.
J’ai rédigé un article sur le sujet que je te recommande vivement:  motricité-libre
De mon point de vu tous les enfants devraient avoir le chance de pouvoir vivre l’expérience de la motricité libre. C’est une étape extra ordinaire (pas facile certes) que je recommande a tous les parents et enfants.

Garder nos peurs pour nous

Evitons de transmettre nos peurs à nos enfants. Ce ne sont pas des versions miniatures de nous même. Un enfant a sa propre personnalité, ses propres peurs…
« Tu vas tomber », « Tu vas le casser »,  « Tu vas… » , essayons plutôt ‘J’ai peur que tu tombes’ n’est ce pas réellement cela? Avez vous déjà essayé de faire une activité complexe d’équilibre par exemple et que quelqu’un surgit et vous crie ‘Tu vas tomber!!!’ Quel sera votre % de chance de rester en équilibre selon vous?
J’ai peur du vide, je suis claustrophobe cependant lorsque je suis confrontée à mes peurs j’essaie de les gérer autant que possible devant mes enfants, afin d’éviter que cela ne déteigne sur eux.
Mes enfants n’ont pas peur du vide bien au contraire. Ma fille de 2 ans n’a pas peur de tomber. En motricité libre elle était régulièrement confrontée aux chutes . Ainsi, elle a appris à se rattraper et maintenant la peur de tomber ne l’empêche aucunement d’essayer. Alors quand elle tombe devinez quoi? Elle se relève et poursuit ce qu’elle faisait.

Pour finir

Finalement ce n’est pas très savant d’accompagner un enfant vers plus d’autonomie et de confiance en soit. Il suffit d’avoir confiance en lui, de le laisser essayer, faire par lui même au moment où il le désire.
Cela nous demandera certes plus d’effort, de temps et de patience mais le résultat finale en vaut la peine.
Je suis heureuse de pouvoir vivre l’expérience d’observer mon fils de 6 ans et sa sœur de 2 ans me mettre le couvert, observer mon fils me faire la vaisselle par choix (depuis qu’il a 4 ans), nettoyer mon four, laver ses baskets d’école, faire la cuisine….
Devinez quoi? ce n’est pas à 6 ans qu’il a commencé à le faire, cela a été tout un cheminement depuis qu’il est tout petit. Et aujourd’hui c’est d’une facilité, ce qui n’a pas été toujours le cas…

Ne nous focalisons pas sur les difficultés d’aujourd’hui, essayons de visualiser la finalité que l’on espère atteindre.

Sur la vidéo ci-dessus, M. vient tout juste d’avoir 2 ans.

Et toi comment arrives tu a accompagner ton enfant vers plus d’autonomie? N’hésite pas à partager tes astuces,

A bientôt,

Maresther

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.